Intérieur de la Colombie-Britannique

Nature Destination InstagramNature Destination FacebookNature Destination Twitter

Écozones du Canada : Plateaux semi-arides et Cordillère montagnarde
Superficie totale : 290 388 km2
Couvert naturel : 289 449 km2
Couvert naturel : 100 %
Aire protégée : 42 225 km2
Aire protégée : 14.5 %
Projets de CNC : 33
Espèces d’oiseaux : 249
Espèces d’arbres : 59
Espèces de mammifères : 94
Espèces d’amphibiens : 15
Nombre d’habitants (approx.) : 737 092

 

Description

Des vallées ensoleillées d’Okanagan-Similkameen aux prairies vibrantes de Thompson Nicola, en passant par les forêts ouvertes du plateau Fraser, l’intérieur de la Colombie-Britannique regorge de paysages magnifiques et distincts sur le plan écologique. Les lacs à l’eau claire, les milieux humides et les rivières cèdent le pas à des collines vallonnées et à des forêts en hauteur.

Située dans l’ombre pluviométrique des hautes chaînes côtières, cette région est l’un des lieux les plus chauds et les plus secs au Canada, et on y retrouve un grand nombre d’espèces en péril. Dominée par les forêts montagnardes, la région se caractérise par son ensemble bigarré de prairies et de forêts ouvertes de pin de Douglas et de pin ponderosa.

Intérieur de la Colombie-Britannique

Valeurs de conservation

Cette région comprend une très grande diversité d’habitats, des prairies aux forêts ouvertes, en passant par des milieux humides dans les vallées et des paysages arides et désertiques. Les espèces rares y sont particulièrement abondantes et on y retrouve de nombreuses espèces végétales et animales uniques au Canada. La région sert d’habitat pour le grizzly, le lynx, le pékan, le blaireau, l’ours noir, le wapiti, le mouflon d’Amérique, le cerf mulet et le carcajou. Les terres dans la vallée présentent une grande diversité et une abondance d’espèces de sauvagines et d’autres oiseaux reproducteurs, y compris le garrot d’Islande, le carouge à tête jaune, le grand chevalier, le courlis à long bec et le goéland à bec cerclé.

Traversé par les rivières Fraser et Thompson, le centre du système hydrographique de la Colombie-Britannique se situe dans la région, traversée par la rivière Fraser.

Défis et menaces

L’intérieur de la Colombie-Britannique est confronté à des menaces de plus en plus importantes, y compris l’extraction de ressources, la construction de nouveaux barrages, la conversion accrue des terres, les espèces envahissantes et le déclin de la quantité et de la qualité de l’eau. En raison de la suppression des incendies, les prairies de la région sont menacées par l’empiètement des forêts. Entretemps, plus de 80 % des arbres matures de la région ont été détruits par le dendroctone du pin, puis coupés, modifiant ainsi l’hydrologie de la région.

L’Okanagan est la région la plus menacée de l’intérieur de la Colombie-Britannique en raison du développement résidentiel, agricole et récréatif, et de la propagation des plantes envahissantes. Sa vallée a perdu une partie significative de ses milieux humides (près de 90 %), mais son taux de disparition a ralenti. La région est également un lieu important pour la culture du raisin et des fruits tendres.

Les prairies sont en déclin dans cette région. Quelques vestiges seulement y subsistent. Près de 90 % de ces prairies sont utilisées pour le pâturage du bétail. Par conséquent, elles sont maintenues à des stades de succession hâtifs et des espèces envahissantes peuvent y être introduites.

CNC en action

CNC a identifié des sites de conservation prioritaires dans plusieurs aires naturelles, dont :

  • Prairies patrimoniales
  • Okanagan-Similkameen Sud

CNC protège l’habitat de plusieurs espèces en péril dans la région, dont :

  • Chevêche des terriers
  • Blaireau d’Amérique
  • Pic de Lewis
  • Calochorte de Lyall

L’aire de conservation de Sage and Sparrow partage une bonne partie de ses limites avec la South Okanagan Grasslands Protected Area, créant un lien entre des aires protégées qui permet le déplacement des espèces animales entre les vallées de Similkameen et d’Okanagan.

Le saviez-vous?

  • La Colombie-Britannique intérieure comprend près d’une centaine d’écosystèmes terrestres et d’eau douce différents. Certains des habitats naturels qui s’y trouvent n’existent nulle part ailleurs au Canada.
  • Cette région abrite un des plus grands nombres d‘espèces végétales en péril à l’échelle nationale.
  • On y retrouve la plus forte concentration de prairies, de steppes arbustives et de forêts sèches de basse altitude en Colombie-Britannique.
  • Il s’agit d’un corridor de migration et de connectivité indispensable qui lie le bassin du Columbia dans l’état de Washington et les prairies de la vallée Thompson Nicola.
  • La région abrite 75 % de toutes les espèces connues d’oiseaux en Colombie-Britannique et la plus grande diversité d’espèces d’oiseaux reproducteurs dans la province.
  • L’aire englobe l’extrémité nord du seul habitat désertique au Canada.
  • On y retrouve un important habitat de frai pour le saumon rouge et le saumon chinook.
  • Les vastes milieux humides dans la vallée sont d’importants lieux de nidification pour les espèces de sauvagines.

Photos (de haut en bas) : Kristian Bogner.

Destinations dans ce paysage