Vallée du Saint-Laurent

Nature Destination InstagramNature Destination FacebookNature Destination Twitter

Écozone du Canada : Plaines à forêts mixtes
Superficie totale :
2 612 695 km2
Couvert naturel : 36 475
Couvert naturel : 55 %
Aire protégée : 3 521 km2
Aire protégée : 10 %
Projets de CNC : 153
Espèces d’oiseaux : 232
Espèces d’arbres : 82
Espèces de mammifères : 79
Espèces d’amphibiens : 23
Nombre d’habitatns (approx.) : 5,980,134

Description

La vallée du Saint-Laurent comprend les basses terres situées le long du fleuve Saint-Laurent, de la rivière des Outaouais et de la rivière Saguenay. Ces énormes cours d’eau, des forêts et des terres agricoles fertiles prédominent dans ce paysage. Les forêts mixtes où poussent l’érable à sucre, le bouleau jaune, la pruche du Canada et le pin blanc sont les plus typiques de la région.

Fleuve Saint-Laurent

Valeurs de conservation

Les terres et les eaux de la vallée du Saint-Laurent se caractérisent par un très grand nombre et une abondante diversité d’habitats naturels et d’espèces animales et végétales. Malgré l’énorme impact de l’activité humaine sur la région, des écosystèmes côtiers y demeurent intacts à ce jour et constituent de précieux habitats pour certaines espèces rares.

L’estuaire et les rives du Saint-Laurent sont critiques pour la faune et la flore, tant terrestre que marine. En plus de certains mammifères marins, des oiseaux de mer et des poissons marins migrent vers la région pour s’alimenter dans les eaux productives de l’estuaire.

On retrouve dans cet important lieu pour la biodiversité qu’est la vallée du Saint-Laurent, les habitats de plusieurs espèces endémiques, dont le chevalier cuivré et la gentiane de Victorin.

Quant à l’estuaire du Saint-Laurent, il s’agit d’un écosystème à la fois énorme et d’une grande diversité sur le plan biologique. C’est là que le fleuve Saint-Laurent rencontre les influences de l’océan Atlantique. L’estuaire sert d’habitat au rorqual bleu, au rorqual commun, au petit rorqual et au béluga. Les marais salés de l’estuaire servent d’habitats à de nombreuses espèces rares, dont des papillons et des plantes endémiques.

Défis et menaces

La vallée du Saint-Laurent est l’une des régions les plus densément peuplées au Canada. Les terres privées y prédominent. Les nombreuses terres agricoles en sont une autre caractéristique essentielle. La perte et la fragmentation des habitats naturels progressent toujours dans cette région.

Selon l’antique mode de division des terres dans la vallée, le territoire était morcelé en bandes longues et étroites touchant le fleuve. Aujourd’hui, cela pose des défis uniques sur le plan de la conservation. De nombreux milieux humides ont été transformés, au profit de l’agriculture et de l’urbanisation. Ceux qui restent, dont des tourbières, demeurent extrêmement vulnérables.

CNC en action

CNC a ciblé des sites de conservation prioritaires dans plusieurs aires naturelles :

  • Ceinture verte de Montréal

  • Îles du Saint-Laurent

  • Rivière Richelieu

  • Rivière Yamaska

  • Rives de l’estuaire du Saint-Laurent

En plus de protéger, de gérer et de restaurer des habitats naturels, CNC travaille avec des municipalités afin de partager l’information disponible sur les secteurs importants pour la biodiversité. La tortue-molle à épines, l’arisème dragon et le fouille-roche gris sont parmi les espèces en péril que CNC protège sur ses propriétés de la région.

Le saviez-vous?

  • Le Saint-Laurent est l’un des plus grands fleuves au monde; il s’y écoule 20 % de toute l’eau douce de surface de la planète.

  • Son estuaire est le plus grand au monde et est essentiel à de nombreux mammifères marins, dont le béluga.

  • Le fleuve et les milieux humides avoisinants permettent à de nombreuses espèces migratrices (oiseaux et poissons) de survivre, dont l’anguille d’Amérique.

  • Plus de 50 % des espèces désignées menacées ou vulnérables au Québec sont présentes dans cette région.

Photos (de haut en bas): Toutes ces images inconnues.

Destinations dans ce paysage