Doux parfum de sauge

Venez visiter ce site d'importance nationale d'une grande beauté dans la région de l'Okanagan-Similkameen Sud

L a directrice de programme de Conservation de la nature Canada (CNC) pour la région Intérieur sud de Colombie-Britannique, Barb Pryce, aime visiter la propriété Sage and Sparrow pour y observer le magnifique paysage en constante évolution, et ce, en toute saison.

« Les couleurs vives qui s’étalent sur les collines ondoyantes changent avec les saisons, explique Barb. Le vert clair des herbes au printemps passe au jaune clair à l’approche de l’été avec la floraison des balsamorhizes (balsamroot), une plante herbacée. »

En été, les visiteurs peuvent profiter d’une expérience multisensorielle alors que le parfum de la sauge embaume l’air de ce lieu qui figure parmi les quatre écosystèmes les plus menacés de disparition au Canada.

Un décor pittoresque

Le mauve vif des lupins et le rouge des ipomopsis à fleurs agglomérées ajoutent des touches de couleurs, tandis que les bosquets de trembles et d’amélanchiers à feuilles d’aulne passent du vert au jaune et au orange à l’arrivée de l’automne. Puis, une épaisse couche de neige recouvre les lieux.

« Au retour du printemps, le pépiement des sturnelles nous annonce qu’elles sont heureuses d’être de retour chez elles, dit Barb. C’est un signe que la vie revient après le long silence de l’hiver. » Le chant de la sturnelle est l’un des nombreux sons que les visiteurs peuvent entendre en explorant  la propriété.

Située en Colombie-Britannique, à 16 kilomètres d’Osoyoos, près de la frontière canado-américaine, Sage and Sparrow abrite une faune riche. On y trouve plus de 50 espèces désignées comme étant en péril à l’échelle fédérale et provinciale.

« Des milliers de grues du Canada se font entendre avant qu’on puisse les voir, survolant la propriété durant leur migration annuelle depuis et vers l’Alaska, raconte Barb.  Cette terre est en pleine effervescence, avec ses innombrables plantes et ses animaux qui vaquent à leurs occupations. »

Aujourd’hui, ces collines semblent avoir été épargnées de la présence humaine, mais au début du 20e siècle, durant la prohibition, les vallées profondes qui s’étalent du nord au sud ont servi au passage des contrebandiers.

« Au début du 20e siècle, on trouvait de nombreuses habitations ici; les gens essayaient de se faire une vie ici, rappelle Barb. Il y avait même une petite école, mais c’était difficile de gagner sa vie, alors les gens sont partis. »

Espèces à observer

– bruant sauterelle
– bruant vespéral
– cerf mulet
– chauve-souris blonde
– chevêche des terriers
– crotale de l’Ouest
– gélinotte huppée
– oreillard maculé
– orthocarpe barbu
– ours noir
– Porte-queue demi-lune

Une seule ferme demeure sur la propriété. Elle appartenait à Christopher Dunham (Kit) Carr, un immigrant anglais venu s’installer dans la région en 1902, afin de se joindre à l’industrie de l’élevage en plein essor à l’époque.

Des paysages inspirants

Un des endroits préférés de Barb à Sage and Sparrow, et un des sites les plus visités, est l’imposant escarpement rocheux situé dans la partie de l’aire de conservation qu’occupent les prairies Sparrow.

« À cet endroit, on commence à saisir à quel point Sage and Sparrow est vaste, dit-elle. Vers l’est, on aperçoit la partie sud des crêtes boisées de Sagebrush Slopes, tandis que la vue sur les États-Unis, au sud, permet de voir la rivière Similkameen, qui coule vers le fleuve Columbia. »

Cette vue inspirante est l’un des nombreux paysages que vous pouvez apercevoir sur la propriété Sage and Sparrow. La beauté des lieux est l’une des raisons pour lesquelles Barb lui voue une grande admiration. C’est également pour cette raison qu’elle se sent si liée à cette terre et aux espèces qu’elle abrite.

« Lorsque je vais à Sage and Sparrow, je me sens chez moi, dit Barb Pryce. Cette aire est plus qu’une propriété pour moi; elle est une partie vivante et dynamique de notre planète.  Elle me rappelle presque mes enfants. Je ressens un désir profond de la protéger. Je suis extrêmement fière et chanceuse de participer à sa protection, maintenant et pour les générations futures. »

PHOTOS (DE HAUT EN BAS) :  CNC; CNC; Allison Haskell; Dianne Bersea.

Nature Destination InstagramNature Destination FacebookNature Destination Twitter