Forêt boréale

Nature Destination InstagramNature Destination FacebookNature Destination Twitter

Écozones du Canada : Bouclier boréal, Plaines boréales, Cordillère boréale, Taïga de la cordillère, Taïga de la plaine, Taïga du Bouclier, Plaines hudsonniennes
Superficie totale : 5 421 407 km2
Couvert naturel : 5 314 559 km2
Couvert naturel : 98 %
Aire protégée : 658 711 km2
Aire protégée : 12 %
Projets de CNC : 237
Espèces d’oiseaux : 357
Espèces d’arbres : 103
Espèces de mammifères : 136
Espèces d’amphibiens : 25
Nombre d’habitants (approx.) : 2 762 712

 

Description

La forêt boréale s’étend sur tout le centre du Canada, depuis Terre-Neuve-et-Labrador jusqu’au Yukon. Cette région recouvre plus de la moitié du territoire canadien et présente une très grande diversité. Les régions boréales se caractérisent par la taïga, qui est composée d’arbres de plus petite taille et d’une alternance de plaines et de milieux humides. Le sud de la région boréale en bordure des prairies est souvent appelé forêt-parc. Cette région est dominée par le peuplier faux-tremble, qui se fait de plus en plus rare au fur et à mesure que la forêt laisse sa place aux prairies.

Forêt boréale

Valeurs de conservation

D’une superficie de plus de 5 millions de kilomètres carrés, la région boréale comporte des forêts, des boisés, des landes, des milieux humides, des rivières et des lacs, et s’étend du Yukon jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle représente 28 % des forêts boréales mondiales et comporte certains des paysages forestiers les plus intacts de la planète. Bien que les activités forestières et minières ainsi que le développement des ressources énergétiques et hydroélectriques ont eu un impact sur une partie de cette région, celle-ci demeure largement impacte.

Qualifiée de pouponnière d’oiseaux de l’Amérique du Nord, la forêt boréale offre un habitat de reproduction essentiel à plus de 350 espèces aviaires. On estime que quelque 5 milliards d’oiseaux migrent de la région boréale vers le Sud chaque automne.

Un grand nombre de peuples autochtones habitent la région boréale canadienne et continuent d’y pratiquer leur mode de vie traditionnel. Cette région recèle de ressources culturelles autochtones, notamment de plantes médicinales et de sites spirituels. Elle sert de salle de classe pour l’enseignement des connaissances écologiques des Autochtones, qui peuvent guider l’utilisation durable de ce paysage aussi vaste que  diversifié.

Défis et menaces

On estime que l’ampleur actuelle de l’activité industrielle (c.-à-d. la foresterie, l’exploration et l’extraction minière et gazière, ainsi que le développement de l’hydroélectricité et des infrastructures) dans la région boréale du Canada atteint les 730 000 kilomètres carrés. L’intérêt industriel pour les écorégions boréales situées plus au nord continue de croître, tandis que quelques écozones boréales du sud ont déjà été touchées par cette expansion. Par exemple, moins de 15 pour cent des Plaines boréales sont encore intactes.

CNC en action

CNC a identifié des sites de conservation prioritaires dans plusieurs aires naturelles, dont :

  • Forêt-parc de la rivière de la Paix
  • Bassin de la haute Saskatchewan Nord
  • Forêts-parcs de l’Ouest
  • Forêt-parc à trembles du mont Riding
  • Bassin versant de la rivière Whitemouth
  • Plaine interlacustre

Dans la portion sud de la région boréale, CNC protège des zones clés et des habitats d’espèces rares. Plus au nord, il travaille avec des partenaires pour déterminer des aires de conservation prioritaires et augmenter l’intérêt et l’appréciation du public pour cette région. CNC fournit également des conseils et du soutien pour la création de nouvelles aires protégées comme les aires protégées et de conservation autochtones (APCA). Par exemple, il partage ses capacités en cartographie, ses outils et plans de travail en planification de la conservation en plus de travailler à l’établissement de projets durables et de programmes de concert avec des communautés autochtones.

Le saviez-vous?

  • La région boréale canadienne est plus étendue que la masse terrestre combinée de l’Inde et de l’Argentine.
  • Les sols et les végétaux de la région boréale recèleraient au moins 208 milliards de tonnes de carbone. Il s’agit de la plus importante réserve de carbone terrestre de la planète. Celle-ci contribue à la régulation du climat à l’échelle mondiale.
  • De 1 à 3 milliards d’oiseaux chanteurs de plus de 350 espèces, dont 26 millions de sauvagines et 7 millions d’oiseaux de rivage nichent dans la forêt boréale.
  • Les écosystèmes boréaux fournissent annuellement plus de 700 milliards de dollars en services écosystémiques, notamment sur le plan du filtrage de l’air et de l’eau, le tourisme et les loisirs, le stockage et la séquestration du carbone, etc. En tant que citoyens de ce pays, nous dépendons des services que nous rend la région boréale.
  • La région boréale du Canada comprend certains des plus vastes milieux humides au monde, des millions de lacs demeurés à l’état sauvage et bon nombre de rivières à écoulement libre parmi les dernières de la Terre à abriter des populations de poissons migrateurs à l’état sauvage.
  • Plus de 600 communautés autochtones dépendent de la forêt boréale pour leur alimentation, leur prospérité économique et leur pratiques culturelles. Ces communautés continuent de pratiquer leurs traditions et de s’appuyer sur les savoirs autochtones et la science pour veiller sur leurs territoires traditionnels et leurs terres natales.

Photos (de haut en bas) : iStock; Alf Kelly.

Destinations dans ce paysage